le velo et le sable.........

Publié le par KeCha

Jour 7: ON quitte la route devant la frontiere chilienne pour la longer vers le sud sur une piste qui nous emmene tous droit selon les dires des boliviens a sabaya. Pour cette journee on  pose le campement de bonne heure car la fatigue est bien presente dans les jambes et les fesses(aie).PAs de photos car plus de batterie d appareil , car c est pas evident d avoir de l electricite en  bolivie.





Jour 8:LE debut de l enfer sableux, on empreinte une piste qui se transforme en plage de sable bien fin et profond, apres 2 heure de lutte, on decide de degonfler les pneus pour pouvoir un peu rouler dessus, mais c est tres physique. Le vent se met de la partie et nous souffle a grand poumon dans le visage. Qui se transforme en tempete de sable   et nous oblige a chercher un abrit derriere une dune de sable.Soiree courte et besoin de sommeil pour recuperer...........





Jour 9: Arrivé a sacabaya , village deserte par ses habitants qui sont tous partie a la competition de football qui se passe a sabaya, il reste seulement  une femme pour garder les enfants trop petits qui ne peuvent pas y aller. Elle nous prepare une assiette de riz et d oeuf ( comme d habitudeeeeee) et on continue l enfer du sable pendant toute l apres midi.Le vent se remet a souffler fort en fin d apres midi(apres 4h 30), il fait froid, et là le village de bella vista nous ouvre un local pour dormir a l abri du vent ........Village deserte lui aussi par le football (un vrai fleau ce foot), seul une famille gardait le village.Durant toute la soiree un petit garÇon c est poste  dans le local avec nous sans dire un mot et  nous a observé , d ailleurs il doit y avoir des problemes de consanguinite dans ces villages perdus au milieu de nulle part...

Jour 10:Reveil brusque a 6h du mat  par le petit con-sanguin...du coup depart tot pour une longue journee de velo jusqu a sabaya.Rhytmee par la casse du porte bagage de bastien et de kevin que l on rafistole de bric et de broc. De plus les distances completement demesurees des boliviens qui nous disaient que sabaya etait cercita (proche), juste derriere la montagne, pas  loin. MON cul ouais , on est arrivees a la nuit avec le vent toujours le vent a 4h 30 de face, c est tellement mieux avec lui.........

SABAYA , la ville ou tous les villages se rassemblent pour un mois de competition de football.Des jeunes de partout , des 4*4 enormes de partout aussi, des filles qui sifflaient kevin et bastien, ouah des beaux gringos dans la ville,( d ailleurs il faut raconter que un gros 4*4 s arrete a cote de bastien et moi(kevin) avec deux belles filles au volant qui nous propose d aller faire un tours avec elle.Hallucinant , on a vecu se que peuvent vivre les filles en france).Toujours pas d electricite, on se lave au seau dans la chambre, et toujours pas de recharge de l appareil...
On reste une journee et demi, le temps de reparer les velos et de se reposer.

J12: on repart a midi direction le salar de coipasa, dans lequel on se fixe comme objectif d aller dormir a la laguna verde au milieu du salar.Cette lagune s avere innaccessible car plus on avance et plus le salar est detrempes , a tel point que ca devient difficile a avance.Le vent se leve a 4h 30 comme toujours, et un probleme se pose:impossible de monter la tente dans ces conditions.Le salar c est tres etrange, on a toujours l impression d etre au meme point alors que l on avance et le payasage est toujours le meme.Tu peux avancer avec la montagne comme point de repere, et une heure apres la montagne parait toujours aussi loin, c'est tres dur moralement .DEmi tours direction la ville de coipasa, ce qui nous a bien prit 4 heures avec le vent qui soufflait comme jamais, oblige de pousser le velo tellement c etait dur de lutter contre lui.ON est arrive a la nuit apres avoir donne toutes nos forces a lutter contre le salar.Pour une fois il y avait de l electricite a coipasa , ce qui nous a permit de nous guider jusqu a elle dans la nuit, merci la bonne etoile.Nous avons dormi dans l ecole et avons put recharger l appareil.

Preuve de la traverse du salar :velo recouvert de sel (la mecanique en prend un sacree coup)
















 
Meme apres une bonne nuit de sommeil, les visages sont toujours marques par cette lutte dans le salar.

J13: Obligé de continuer la travesée du salar, sinon detour de presque 100 bornes. Encore une traversee difficile car le salar est remplie de petite motte de sel qui font un relief eprouvant pour les fesses et qui baisse considerablement la moyenne de vitesse.







quelques photos du salar:


































Dur journèe, on arrive a la nuit a Très-cruce heureux d'en avoir vraiment finit avec le salar,ou nous attends bastien qui nous avait quitter car pas la meme vitesse de route. On dort dans la salle des fêtes.

J14: Au matin, la fatigue de tous les jours accumules se fait vraiment sentir et nous fait dire que nous allons prendre un bus pour traverser le salar de uyuni qui est encore plus grand que celui de coipasa.De la nos chemins se separent avec bastien , nous partons pour lica et lui va passer par le salar, deux directions opposees.  Avant de partir on lave nos velos au puit du village en compagnie des femmes qui viennent puiser l eau .Kevin a contribuer a remonter tous les seaux d eau pour  les femmes presentent.Bon moment partagé avec elle....
Toujours le sable jusqu a lica, petite ville tres agreable, les gens souriant et le bonheur de voir des mamitas qui preparent des assiettes de chicharonne de  lamas (trop bon le lama).On prend le bus a 6h30 et arrivee a uyuni a 9h 30du soir.
Arrivé a l hotel charlotte court sous la douche, trop bon la douche chaude.......et kevin se dit qu il la prendra apres le ventre plein, de retour du resto les douches sont fermées(dommage), je la prendrait demain........lavage au gant de toillette.... C est aussi la premiere fois depuis le depart que l on voit d autre blancs,ca fait meme bizarre sur le moment,et puis ca devient marrant de voir les agence de 4*4 vendre l aventure du salar, nous ca nous a pas vraiment envie apres tous se que lon avait vue, on c st dit que l on avait notre dose d aventure

A oui j oublier plus de 700 km au compteur, pas mal.........................

J 15: Plus d electricite  dans uyuni, donc pas de douche chaude pour kevin , la loose...On prend le temps de se faire du bien , de manger  un maximun dans des bons restos a gringos bien cheres , mais on le merite.Le soir bastien arrive a uyuni avec 150 kilometre fait dans la journee, bien explose, tellement qu il en pleurait de fatigue.On avait choisie la bonne option .
J16.Toujours pas d electricite, toujours on mange pour recuperer , et charlotte arrive a passer un ptit coup de fil a la famille .
J17:on mange , on boit avec des francais super sympa qui font la traversee  de l'amerique en char a  voile(des bretons) et l electricite est revenu, kevin peu enfin sauter sous la douche chaude des le reveil ...on prend le train a la nuit sans bastien qui lui partira vers le chili quelque jours plus tard apres une bonne soiree arrosee avec tous les copains pour la frontiere d argentine.


J18 :ON arrive a la frontiere a villazon a 15h,puis course de bouffe et on trace en argentine....Aouuhhhh la bonne bouffe nous attend....



gros  bisoux a tous, et vivement le retour pour tous vous revoir et faire une grande fiesta.........HASTA LUEGO
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sabine 24/01/2009 14:32

ça doit etre magnifique de se dire qu'on pédale sur des kilomètres de futur sel de table!! merci de le pourrir avec vos vélo!!!!! ;)

KeCha 24/01/2009 16:38



on t'offrira un cristal de sel sur lequel on n'a pas roule.... special pour que tu puisse gouter car il ne se mange pas celui la....hahahahahahahaha
bisou



bicyclettons 01/01/2009 22:24

Mon petit doigt me dit que vous avez mangé de bons steaks en Argentine, et que vous êtes arrivés à Cafayette !!!
Et que tout le long de votre route, vous êtes nommés "les cyclistes qui roulent avec des bidons !"

cecile 23/12/2008 12:38

Salut à vous compagnons du bout du monde.Et ben, les cocos que de belles choses, un peu dur quand même? Ben, nous,c'est moins exotique, on a fait amsterdam et l'alsace.mais devine quoi chacha, on va travailler à pen bron pendant 8 mois. Euh, petite question gastronomique, la bouffe à l'air difficile, vu que ça revient souvent, en espérant que la viande et le vin argentin seront aussi bon que dans votre imagination. MIAM-MIAM. Gros bisous des bretons, cecile et jp. Bonne continuation et joyeux noel!!!!!

MAMAN 22/12/2008 10:50

SUPER DE CHEZ SUPER VOS COMMENTAIRES VOS PHOTOS VOS AVENTURES TOUT EST SUPER ....MAIS VIVE L'argentine vous avez de beaux sweat qui te va tres bien mais cherie tu es d'un chic dans ses contrées....la photo a la fenetre du bus va troner sur le frigo tu as l'air epanouie et + reposée
BISOUS A TOUS LES 2