La fin de la carretera australe.

Publié le par KeCha

HEE ca fait bien longtemps qu'on a pas donné de nouvelles et que des choses à vous raconter......
Déjà, un faux depart de coyahaique, les velos sortaient tout juste de la reparation la plus cher qu'on ai payer jusqu'à present, et nous avons fait 4km avant que le velo de kevin casse et ensuite le mien sur le chemin du retour...
BRAVO le mecano il a fait vraiment fort. Du coup nous sommes partis a 5 heures du soir pour faire une petite fin de journèe de velo dans laquelle nous avons fait notre premier record de vitesse qui s'éleve a 72km/h........


La journée suivante nous avons commencé `tôt le matin pour enchainer 2 cols de montagnes,la montée tout va bien on est entrainé mais la descente rien ne va plus.....des rafales de vent nous arrête net le velo de 40km/h a 0km/h en l'espace de une seconde....incroyable....le vent nous jetait le sable et des petits cailloux sur le visage.
En claire la descente plus dur que la montée......campement tranquil au milieu de la forêt dans un parc national.






Kevin a essayer une experience culinaire qui c'est avere un veritable fiasco. petit carré de polenta enrober de caramel,  qui a fini en gros paté general pour les animaux....


Lendemain arrivé au port d'Ibanez avec un nouveau record de vitesse car cette fois le vent nous aide petite pointe a 77km/h......Grande deception il faut attendre le lendemain pour prendre le bac. On passe la soirée au camping avec des chiliens qui nous offrent le repas du soir super bon asado (barbecue local) et qui nous parlent des effets de l'ancienne dictature qui laisse de grande trace encore maintenant.






A 9h du matin sur le quai, dans le vent de patagonie le bateau ne passera pas....il faut attendre midi....puis 16h......puis 18h......puis demain matin a 6h.....enfin le bac part pour chile chico. Mais le vent est toujours aussi fort que le jour precedent......Les vagues passent sur le bac on se croirait en haute mer sauf que l'on a pas le sel collé a la bouche.....car c'est un lac....






De chile chico on prend la route cotière pour aller jusqu'a puerto guardal, oú l'orage s'installe confortablement, des grosses gouttes, des gros nuages et du vent bien froid.....



Nous pedalons donc sous la pluie toute une journée pour rejoindre puerto bertrand oú nous dormons chez une femme et nous pouvons faire secher tout nos vetements enfin presque....les chaussures restent bien humides.....




Notre premier journée a être sous la pluie non stop, mais on a rencontrer un cycliste qui nous dit que lui ca fait 9 jours qu'il pedale sous la pluie.....Alors on se dit qu'on est quand même chanceux.....surtout que le lendemain le soleil est revenu.....







Derniere ligne droite vers cochrane, dernière vrai ville avant la fin de la carreterra australe.

De la nous repartons sur la derniere partie qui va a tortel, village incroyable qui est entierement construit sur piloti au bord de la mer,il a fallu couper un nombre de foret assez incroyable pour obtenir ce village, ce qui peu ce voir sur les territoirs alentours avant le village, ou tout est deforester, avec des inondations et des marais partout.....Mais tortel c est vraiment beau.






















De la on repart pour 30 km et on prend le bateau pour une autre traversee de 45 mn car il n ya plus de route pour nous mener a villa o'higgins, dernier hameau avant la frontiere de l argentine, ou nous devons encore prendre le bateau pour 3 heure de traversée au milieu des montagnes.Mais nous attendons encore une journée pour prendre ce bateau car trop de vent, c est pas grave on en profite pour se reposer , bien manger et rencontrer plein d autre cyclotouriste venu de partout, moment fort agreable.........


Maintenant , il faut expliquer pourquoi la carretera australe est autant coté chez les cyclistes.
Deja tres peu de circulation, on peu entendre la nature....
C est une piste pas toujours de bonne qualite mais ca lui donne du charme.
Les paysages sont vraiment variée et la route passe dans un grand nombre de parc naturel.
Foret , rio, cascade , bras de mer rentrant dans les terres, marais et moustiques aggressifs s enchaine les uns apres les autres.
C est un passage adequate pour etre en harmonie avec la nature toute en faisant du velo

Puis passage de frontiere pour l'argentine..........






 








Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article